Enjeux de la classification

La position de parents

Sud Ouest, 6 octobre 2008. Léa pour Samy d’Aquitaine

Notre association demande notamment l’abrogation de la qualification de l’autisme comme maladie mentale. En France, un diagnostic sur trois assimile encore l’autisme à une psychose infantile alors que, selon les normes de l’OMS, il s’agit d’une maladie neurobiologique d’origine multifactorielle, probablement génétique. Ce faux diagnostic est une conséquence du monopole de la psychiatrie sur l’autisme en France. Surtout, il change la donne en matière de prise en charge. Dire que l’au-tisme est une psychose, c’est dire que les enfants concernés ne sont pas adaptés au milieu ordinaire. Et qu’il faut donc les en soustraire, en les faisant admettre dans des établissements psychiatriques où ils n’auront que des activités de type occupationnel. Reconnaître qu’il s’agit d’une maladie neurobiologique, c’est permettre à l’enfant de rester dans un milieu ordinaire, à condition que ses troubles du comportement soient pris en charge par un psychologue. C’est donc admettre qu’il peut progresser, à ceci près qu’on manque de psychologues formés.