Publications scientifiques sur l’autisme

Du fort développement de la recherche scientifique sur l’autisme

Avancement important ces dernières années de la recherche épidémiologique et de la recherche génétique sur le sujet de l’autisme.

On le voit aussi bien dans PubMed que dans ISI Web of Knowledge. Non seulement les recherches sur l’autisme augmentent dans une proportion considérable depuis la fin des années 1990, mais en outre cette progression est constante depuis cinq ans.

DSM contre CIM-10

CIM-10: classification internationale des maladies qui identifie huit catégories de troubles envahissants du développement.

CFTMEA: classification française des troubles mentaux de l’enfant et l’adolescent)

L’opposition à la classification française, la CFTMEA focalise l’opposition des parents  : « notre combat, celui des parents associé à nos amis professionnels (les Vrais) et politiques (sincères) est clair : ABOLIR LA CFTMEA » (liste de discussion de parents)

La trajectoire diagnostique des enfants autistes rencontre très souvent de multiples dénominations : TED (troubles envahissants du développement), dysphasique, psychotique, dysharmonique, voire dysharmonie cognitive ou dysharmonie psychotique, TDAH (troubles déficitaires de l’attention avec hyperactivité), hyperactifs… et les déclinaisons plus directes de l’autisme (Asperger, haut niveau, Kanner, « Psychose infantile à caractère autistique », autisme atypique).

Les autorités publiques (Plan autisme…) penchent désormais plutôt pour la CIM-10.

“Le Collège de la HAS constate qu’en ce qui concerne spécifiquement les TED, l’apport sur le plan clinique de la classification française des troubles mentaux de l’enfant et l’adolescent (CFTMEA-R) ne fait pas consensus. En effet, les termes « psychose précoce » utilisés dans cette classification ainsi que les termes « psychose infantile » et « psychose infantile précoce » sont contestés en raison des difficultés d’interprétation qu’ils entraînent.” (News Press, 25 mars 2010)


Les causes de l’autisme

  • Les caractéristiques de l’autisme :
    • altérations des interactions sociales réciproques
    • les anomalies de la communication verbale, et non verbale (mimiques, expressions, gestes, regards, postures,…), [de l’incapacité totale à utiliser le langage parlé, et l’absence de tentative d’utiliser un système de compensation ou alternatif (comme les gestes ou les mimiques)]
    • un caractère restreint et répétitif des comportements,
    • la pauvreté voire l’absence de jeu symbolique et imaginaire,
    • la ritualisation et la stéréotypie des activités,
    • les intérêts particuliers (voire obsessifs), les rituels
  • Causes plurifactorielles
  • Des troubles peuvent être associés
    • Les plus fréquents : perturbations sensorielles (réactions violentes ou absence de réaction face à la lumière, la douleur, les saveurs…)
    • Dans un nombre élevé de cas, un retard mental est associé. Mais difficulté à savoir s’il s’agit d’une composante de l’autisme ou d’une conséquence (isolement crée ou faire croire à retard…). D’où la question de l’importance d’un diagnostic précoce (dans l’hypothèse où une prise en charge précoce pourrait permettre de limiter le retard).