Vaccin ROR et Autisme : chronologie (presse non scientifique française)

[différents points sont entremêlés : virus/vaccin, hyperplasie lymphoïde/maladies inflammatoires digestives, troubles du développement/troubles du développement liés à certaines formes de maladies inflammatoires digestives, baisse de la couverture vaccinale, adjuvant du vaccin = thiomersal ou thimerosal , actions en justice aux Etats-Unis / médecins / associations de parents d’enfants autistes ; « pour qui (il aurait été payé par des avocats) et comment travaillait Wakefield? (éthique?) » , est-il « honnête »? , rétractation d’un article par une grande revue scientifique ; à revoir en détail, le contenu des articles mais Wakefield 1998 évoquait une piste et des recherches à mener, absolument rien de catégorique et surtout quelque chose de très indirect puisque la question de recherche principale, initiale concernait les liens entre maladies intestinales inflammatoires et certaines formes de troubles du développement (pas le vaccin). Différences « culturelles » : ce ne sont pas les mêmes vaccins qui inquiètent dans les différents pays. Peu d’articles si l’on compare à l’Angleterre : pourquoi cette controverse ne semble-t-elle pas diffuser dans la presse française? Pourquoi des articles en 2011 en France? Lien avec la baisse de la couverture vaccinale en France? Existence de « rumeurs » sur Internet?]

Analyse des 22 articles identifiés dans la base Factiva avec la requête « autisme ET ROR », sans restriction de dates, sur les sources « Presse française ».

1998

  • 6 avril 1998 (Le Figaro) : « Les vaccins victimes de leur efficacité »

Article général traitant des conséquences pour la santé publique de la perception des vaccinations par le public. Quelques lignes traitent de l’association ROR-Autisme : « Des études pilotes ont … permis aussi de mettre en évidence l’absence de relation causale entre la vaccination ROR (rougeole, oreillons, rubéole) et les deux complications qu’on lui attribuait outre-Manche, l’autisme et l’inflammation digestive ».

2002

  • 7 février 2002 (Le Figaro) : « La peur du vaccin contre la rougeole »

Article faisant état de « l’hystérie des médias » et de « l’inquiétude de certains parents » (qui du coup refusent de faire vacciner leur enfant) suscitées par la publication d’une étude par une équipe irlandaise décelant un « lien « possible » entre le virus de la rougeole et des formes d’autisme d’un côté, de graves désordres intestinaux de l’autre ». L’étude était alors à paraître en avril dans la revue Molecular Pathology [j’ai recherché la référence sur le site de Molecular Pathology : « Potential viral pathogenic mechanism for new variant inflammatory bowel disease » Mol Path 2002;55:84-90 doi:10.1136/mp.55.2.84 , l’un des signataires de cet article est vraisemblablement le fameux A J Wakefield. Conclusions de cet article :  » The data confirm an association between the presence of measles virus and gut pathology in children with developmental disorder« ]

  • 13 février 2002 (Libération) : « Psychose au vaccin en Grande-Bretagne »

Article rapportant l’augmentation du nombre de parents refusant le vaccin ROR et la crainte des autorités médicales que cette panique se solde par une épidémie de rougeole. Ne prend pas parti.

  • 15 février 2002 (Le Monde) : « L’implication du vaccin ROR dans l’autisme semble infondée »

Article retraçant les publications scientifiques sur la question des liens entre maladies inflammatoires de l’intestin, troubles du développement comme l’autisme et virus de la rougeole. Mention de l’article de Wakefield (The Lancet, 1998) et de la « réponse » de l’équipe londonienne de Brent Taylor dans le British Medical Journal, février 2002, « Measles, mumps, and rubella vaccination and bowel problems or developmental regression in children with autism: population study » BMJ 324 : 393 doi: 10.1136/bmj.324.7334.393 ; Published 16 February 2002) : Conclusions de cet article : « These findings provide no support for an MMR associated “new variant” form of autism with developmental regression and bowel problems, and further evidence against involvement of MMR vaccine in the initiation of autism. » Sont cités le professeur Frédéric Rouillon (chef service de psychiatrie hôpital Albert Chenevier, Créteil) sur la question de la « saisonnalité des naissances d’enfants autistes ou schizophrènes » (travaux d’un psychiatre dans les années 1920) et le professeur Antoine Cortot (chef du service de gastro-entérologie du CHRU Claude Huriez, Lille) sur le lien éventuel entre l’hyperplasie nodulaire lymphoïde et une maladie inflammatoire chronique d’une part et d’autre part sur le fait que les « résultats » de Wakefield n’ont jamais été confirmées. Enfin, l’agence française de sécurité sanitaire des produits de santé dans un communiqué du 11 février indique qu’ « aucun signal de pharmacovigilance de cette nature n’a été identifié à ce jour », mais que les données britanniques « seront néanmoins transmises pour une évaluation complète à la commission nationale de pharmacovigilance. » et précise qu’ « en l’état des connaissances actuelles, ces données ne remettent pas en cause le profil de sécurité d’emploi des vaccins contre la rougeole. ».

2004

  • 22 février 2004 (Sud Ouest) : « Vaccin-autisme : aucune preuve de lien »

Brève mentionnant le fait que le Lancet reconnaît qu’il n’aurait pas dû publier l’article de Wakefield en 1998 et révèle que le docteur Wakefield aurait mené des recherches pour le compte de parents d’enfants malades à la suite de la vaccination.

  • 11 novembre 2004 (Le Point) : « Pourquoi les vaccins font peur »

Article général sur l’évolution de l’acceptation des vaccins au cours du temps et dans différents pays : « Chaque pays a ses peurs. Les Anglo-Saxons se focalisent sur un lien éventuel entre la vaccination rougeole-oreillons-rubéole et autisme. Ils ne font que peu de cas de l’hépatite B et de la sclérose en plaques »

2005

  • 1er juin 2005 (Le Progrès) : « La face cachée de la vaccination selon Mme Schmit-Berbaume »

« Je ne crains pas de dire que la question des vaccinations est une affaire de gros sous « ,  » Les maladies génétiques, de plus en plus répandues, ne seraient pas le simple fait du hasard … parce que nous en sommes à la quatrième génération de vaccination obligatoire « . Selon elle, des études auraient démontré une corrélation entre le ROR (rougeole – oreillons – rubéole) et des maladies comme l’autisme ou la maladie de Crohn. L’article ne précise pas qui est Mme Schmit-Berbaume [Hypothèses fondées sur des recherches Google : SCHMIT-BERBAUM Marie-Laure, infirmière, conseillère en nutrition, déléguée régionale de l’Association Liberté Information Santé et déléguée du REPV – 26, La Clastre. Elle aurait aussi travaillé à Santé Solidarité et à l’association AIDA (dossier irradiation des aliments), serait ancienne élève de l’Institut d’hygiène et de médecine naturelle et conseillère en nutrition]

 2008

  • 5 septembre 2008 (Aujourd’hui en France et Le Parisien)

Brève (la même dans les deux journaux) qui indique: « Une étude américaine vient de confirmer l’absence de lien entre l’autisme et le vaccin combiné contre la rougeole, la rubéole et les oreillons, le ROR. Des résultats qui pourraient permettre de revenir à un taux normal de vaccination ».

2009

  • 22 avril 2009 (Sud Ouest) : « La France en retard dans ses vaccins »

Article rédigé à l’occasion de la Semaine européenne de la vaccination, faisant référence au constat du Comité technique des vaccinations qui pointait la France comme le mauvais élève pour la couverture vaccinale de la population.  Le journalisme évoque « une population dont une bonne partie doute des bienfaits du vaccin et qui, de surcroît, n’en a pas la même perception qu’il soit saxon ou latin. Les Anglais craignent le ROR qu’ils croient responsables de l’autisme, et les Français ont voulu voir dans le vaccin contre l’hépatite B un déclencheur de la sclérose en plaques »

  • 12 novembre 2009 (L’Express) : « GRIPPE A. Questions pour un virus « 

Article portant sur la vaccination contre la « grippe A » qui évoque le vaccin ROR à propos des adjuvants utilisés dans la préparation des vaccins ; mais la controverse anglaise n’est pas évoquée, seulement la situation américaine (thiomerosal et autisme) : « Des dizaines d’études ont également confirmé l’innocuité d’un autre adjuvant, le thiomersal, contenu dans les vaccins « ROR » (rougeole-oreillons-rubéole), lequel a été montré du doigt voilà quelques années par des médecins américains qui le rendaient responsable de l’apparition de certains cas d’autisme. Cette hypothèse a définitivement été rejetée par l’OMS en 2004, après de nombreuses études« .

2010

  • 3 février 2010 (Le Monde) Brèves

Rétractation formelle par le Lancet de l’article de Wakefield 1998. « Il n’existe pas de lien entre vaccin et autisme »

  • 20 février 2010 (Presse Océan) : « Vaccin et autisme : la fin d’une polémique »

Cet article court reprend la nouvelle de la rétractation et indique que : « Cette décision fait suite à un récent communiqué du General Medical Council britannique -l’équivalent du Conseil national de l’ordre des médecins- stipulant que son auteur le Pr Andrew Wakefield, avait agi de façon « malhonnête » et « irresponsable »  » et ajoute que « Maintes fois contredit, ce travail, réalisé rappelons-le sur 12 personnes seulement, avait fait grand bruit, y compris en France » .

  • 14 mars 2010 (Aujourd’hui en France)  Brève

« L’hypothèse d’un lien entre l’autisme d’un enfant et le fait qu’il a reçu, étant bébé, le vaccin ROR  (rougeole, oreillons, rubéole) vient d’être rejetée par la justice américaine. »

  • 6 novembre 2010 (Ouest France) : « La vaccination contre la rougeole en net recul »

Article évoquant le retour de la rougeole, la baisse de la couverture vaccinale. Une personne chargée de prévention santé à la Caisse primaire d’assurance-maladie interrogée sur l’origine de la forte chute des vaccinations répond : « Si on le savait nous-mêmes ! La peur des parents sans doute. Une rumeur circule sur internet disant que le vaccin ROR pourrait provoquer l’autisme… Cette rumeur est totalement démentie par de nombreuses études scientifiques. La seule chose que le vaccin puisse provoquer, c’est un peu de fièvre et une éruption cutanée bénigne chez l’enfant« .

2011

  • 7 janvier 2011 (La Croix) : « Il n’y a pas de lien entre l’autisme et le vaccin contre la rougeole »

Article retraçant les éléments de la controverse ROR-Autisme depuis la parution de l’article de Wakefield dans le Lancet en 1998, à l’occasion de la parution d’un article dans le British Medical Journal accusant Wakefield de « trucage élaboré« . Il mentionne la mise en cause du vaccin (vaccin vivant, adjuvant)  par des médecins et des associations de parents d’enfants autistes notamment aux Etats-Unis : « En mars dernier, la justice américaine a rejeté tout lien entre le vaccin ROR administré au jeune William Mead alors qu’il était bébé et les symptômes d’autisme qu’il a développés six mois plus tard. Trois familles avaient déjà été déboutées en février 2009 dans des affaires similaires. Dans sa décision, le tribunal spécial américain chargé de trancher les poursuites contre l’État pour obtenir une compensation financière estime que « la théorie d’une cause venue du vaccin n’a pas de base scientifique » « . Il évoque un conflit d’intérêt : le Dr Wakefield aurait été payé par des avocats de familles portant plainte contre les autorités sanitaires. Des journalistes auraient enquêté et montré que les dossiers des patients de l’étude étaient truqués. Un professeur de pédiatrie (Daniel Floret, Lyon), cité dans l’article, précise qu’en France la couverture vaccinale contre la rougeole a augmenté régulièrement jusqu’en 2009 et que les suspicions envers les vaccins sont fréquentes et diffèrent selon les pays (ROR pour Etats-Unis, Polio en Afrique, Hépatite B en France).

  • 8 janvier 2011 (Le Figaro) : « Un vaccin a semé la panique à cause de données falsifiées »

Article retraçant les éléments de la controverse ROR-Autisme depuis la parution de l’article de Wakefield dans le Lancet en 1998. Dans l’ensemble, les éléments sont semblables à ceux de l’article de La Croix du 7 janvier 2011. L’article détaille l’enquête qui a mené au diagnostic de « trucage » :  un journaliste, Brian Deer, avait publié en 2004 dans le Sunday Times les résultats de son « enquête minutieuse » (altération des données, patients de l’étude Wakefield 1998 recrutés par des ligues antivaccinales, étude financée pour soutenir une action en justice) et lancé la polémique, ses révélations amenant par ailleurs le General Medical Council britannique à enquêter, cette dernière enquête s’étant soldée par la radiation du registre des médecins de Wakefield et de son collègue John Walker-Smith en mai 2010.

  • 13 janvier 2011 (L’Humanité Dimanche)

Brève reprenant l’information de « trucage » des données de l’étude Wakefield 1998.

  • 22 janvier 2011 (Ouest France) : « La rougeole revient mais la vaccination chute »

Article traitant de la baisse de la couverture vaccinale, de la recrudescence de la rougeole et de la campagne de sensibilisation de l’assurance-maladie. L’éventuelle responsabilité du ROR dans la survenue de l’autisme est évoquée de la façon suivante : « Une rumeur diffusée à l’origine par un Anglais circule sur internet disant que le vaccin ROR pourrait provoquer l’autisme… « Cette rumeur est totalement démentie par de nombreuses études scientifiques », martèle Guy Le Bras, médecin conseil. La seule chose que le vaccin puisse provoquer, c’est un peu de fièvre et une éruption cutanée bénigne chez l’enfant« .

Enjeux de la classification

La position de parents

Sud Ouest, 6 octobre 2008. Léa pour Samy d’Aquitaine

Notre association demande notamment l’abrogation de la qualification de l’autisme comme maladie mentale. En France, un diagnostic sur trois assimile encore l’autisme à une psychose infantile alors que, selon les normes de l’OMS, il s’agit d’une maladie neurobiologique d’origine multifactorielle, probablement génétique. Ce faux diagnostic est une conséquence du monopole de la psychiatrie sur l’autisme en France. Surtout, il change la donne en matière de prise en charge. Dire que l’au-tisme est une psychose, c’est dire que les enfants concernés ne sont pas adaptés au milieu ordinaire. Et qu’il faut donc les en soustraire, en les faisant admettre dans des établissements psychiatriques où ils n’auront que des activités de type occupationnel. Reconnaître qu’il s’agit d’une maladie neurobiologique, c’est permettre à l’enfant de rester dans un milieu ordinaire, à condition que ses troubles du comportement soient pris en charge par un psychologue. C’est donc admettre qu’il peut progresser, à ceci près qu’on manque de psychologues formés.