La polémique scientifique autour du Dr Wakefield

A première vue, la polémique autour du Dr Wakefield se noue à partir d’un article qu’il publie dans le Lancet en février 1998 (Wakefield et al., 28 Fév 1998, pp351(9103):637-41), article dans lequel il envisage la possibilité d’un lien entre troubles envahissants du développement et vaccin ROR (rougeole-oreillons-rubéole) et son intention d’explorer cette piste :

 » We did not prove an association between measles, mups and rubella vaccine and the syndrom described. Virological studies are underway that may help to resolve this issue »

Ceci étant, il faut rappeler que l’objectif de la recherche dont l’article fait le bilan visait à explorer l’association de troubles intestinaux inflammatoires à des troubles du développement. L’hypothèse à tester était que les troubles intestinaux jouaient un rôle dans les modifications comportementales des enfants atteints.

Parmi les signataires de l’article, on peut noter la présence de représentants des départements de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent et de neurologie.

  • A l’appui de son article de février 1998, le Dr Wakefield citait 26 références. Parmi elles, 14 faisaient référence dans leur titre à l’autisme ou à des événement neurologiques, 3 au vaccin contre la rougeole dont un faisant le lien avec des événements neurologiques et aucun le lien avec l’autisme. Un certain nombre s’intéressent aux anomalies intestinales ou à l’immunophysiopathologie des enfants autistes.

  • En février 2011 (base ISI Web of Science consultée le 4 février 2011), l’article de février 1998 du Dr Wakefield était cité par 577 articles (dont 15 ayant pour auteur le Dr Wakefield) :

Packing (« enveloppement ») : une méthode controversée en cours d’évaluation scientifique

Le packing, ou « programme des enveloppements », est une méthode théorisée et développée par le Professeur Pierre DELION, chef du service de psychiatrie de l’enfant au CHRU de Lille. Selon P. DELION, « l’enveloppement vise à rassembler le corps du jeune autiste, qui manque de contenance. Il s’agit de lui procurer un sentiment sécurisant d’unité, au lieu de la sensation angoissante d’être en plusieurs morceaux ».
Concrètement, l’enfant est enveloppé dans de grandes serviettes mouillées d’eau froide. Après le saisissement initial produit par le contact avec les linges froids, le réchauffement progressif du corps est supposé apporter un apaisement à l’enfant.
Le Pr. DELION a publié en 2007 sur cette question l’ouvrage La pratique du packing (156 pages, Editions ERES).

Mais si certains parents fondent des espoirs sur cette méthode, des associations y sont vivement opposées. En 2009, une association de parents d’enfants autistes a comparé le packing à la camisole. De son côté, l’association « Léa pour Samy » qualifie la méthode de « barbare et archaïque » et affirme qu’elle « relève de la torture ». Pour de nombreuses familles, la bataille autour du packing rappelle celle qui oppose les tenants d’une approche psychanalytique de l’autisme (« maladie de l’âme ») à ceux qui le considèrent comme un trouble d’origine biologique.

Le ministère de la santé a lancé en 2009 une enquête. Pour les autorités sanitaires, la priorité est de s’assurer que les enveloppements se déroulent dans de bonnes conditions de sécurité. Une mission a été confiée au Haut conseil de la santé publique. Il a donné lieu a un avis en date du 2 février 2010 et à un rapport d’experts, également en février 2010 relatifs « aux risques associés à la pratique du packing pour les patients mineurs atteints de troubles envahissants du développement sévères » :

  • Avis du HCSP : En conclusion, compte tenu de l’absence de risques notables identifiés à ce jour, le Haut Conseil de la santé publique considère que la réalisation du packing ne présente pas de risques qui justifieraient son interdiction. Cependant, l’existence de risques psychiques n’est pas exclue et doit être prise en compte dans l’analyse bénéfice-risque de cette méthode de prise en charge, au même titre que toutes les autres méthodes de prise en charge, médicamenteuse ou non, de l’autisme. Le Haut Conseil de la santé publique signale que ces recommandations doivent être intégrées dans une démarche rationnelle et scientifique visant à statuer sur la place de cette pratique dans la prise en charge complexe des enfants autistes. De plus, le Haut Conseil de la santé publique préconise :
    • une poursuite des travaux de recherche de nature neurophysiologique et clinique pour mettre en évidence les effets bénéfiques éventuels et la balance bénéfices-risques de ce traitement dont la connaissance ne repose jusqu’à présent que sur des constatations empiriques. A ce titre, la mise en oeuvre du projet de recherche financé par le PHRC et dirigé par le Dr Goeb est utile et attendue ;
    • une traçabilité locale des événements indésirables associés à la pratique du packing afin de permettre de dénombrer et de documenter ces événements dans le futur.
  • Conclusions et préconisation du rapport d’experts :  » Pratiquée par un personnel formé et supervisé, dans un cadre précis, selon un protocole précis et limitée à des cas bien définis, la méthode des enveloppements humides froids ne comporte aucun risque somatique. Malgré l’absence de résultats de travaux de recherche et de données publiées, les experts, à partir de leur expérience personnelle, ont identifié deux types de risques psychologiques et des dangers découlant de défaut de réalisation du packing. Ce document liste des points de pratiques qui devraient permettre de réduire ces risques « . Des travaux de recherche de nature neurophysiologique et clinique devraient être menés pour mettre en évidence les effets bénéfiques éventuels et la balance bénéfices-risques de ce traitement dont la connaissance ne repose jusqu’à présent que sur des constatations empiriques.

Pour évaluer l’efficacité du programme des enveloppements, le CHRU de Lille a lancé en 2009 un essai clinique qui devrait durer trois ans et concerner 162 enfants : « Démonstration de l’efficacité des méthodes par packing chez les enfants souffrant de troubles envahissants du développement avec troubles graves du comportement » (projet 19-18, accepté dans le cadre du Programme Hospitalier de Recherche Clinique 2007, investigateur principal Dr  Jean-Louis GOEB, CHU de Lille). Dans un document publié sur le site web Psynem (site d’information sur la pédopsychiatrie) – Lettre ouverte aux parents d’enfants d’adolescents et d’adultes autistes, à leurs professionnels éducateurs pédagogues et soignants pour la défense des soins psychiques – , le Pr. DELION indique que ce projet a reçu un avis favorable du Comité de protection des personnes du CHRU de Lille, à l’unanimité et à bulletin secret, fin 2008.

(sources : « Autisme, le traitement qui choque », L’Express. 18 juin 2009 ; site du Haut conseil de la santé publique ; site Cairn.info ; site du PHRC ; PSYNEM)

Vaccin ROR et Autisme (presse non scientifique)

Approche « Presse non scientifique »

Parmi les thèmes de controverse identifiés à partir d’une recherche générale sur le terme « Autisme » sur les bases Lexis Nexis et Factiva, est apparue la question de la relation entre la survenue de l’autisme et la vaccination ROR (vaccin trivalent ciblant la rougeole, la rubéole et les oreillons).

[Questions à explorer :
– Comment la controverse « autisme/ROR » s’inscrit-elle dans la controverse plus large des effets indésirables des vaccins (mouvements anti-vaccination) ?
– La controverse « autisme/ROR » a-t-elle effectivement débuté en Angleterre et sur la question de la nécessité d’une seconde injection (il semblerait que pour éviter le vaccin trivalent des parents soient allés faire vacciner leurs enfants à l’étranger)?
– La controverse « autisme-ROR » est-elle principalement anglo-saxonne? Au moins sa médiatisation? Voir les conséquences sur les programmes de vaccination au Royaume-Uni et les procès aux Etats-Unis.
– Le Dr Wakefield et son article de 1998 ont-ils lancé la controverse ou bien ont-ils été pris dans une controverse plus ancienne?
– Plus spécifiquement, la responsabilité du ROR tiendrait-elle à la présence de l’adjuvant thimerosal (ou thiomersal) et serait-elle alors partagée avec d’autres vaccins, par exemple certains vaccins anti-grippe?
Questions « techniques » :
– Comment identifier les principales étapes de la controverse à partir des centaines, des milliers d’articles?
– Comment mettre à profit les catégories « langues » et « pays » de LEXIS NEXIS? Il y a apparemment des recoupements et éclatements pour les pays. Par exemple Union Européenne contient des journaux Anglais, mais les articles Anglais se retrouve également dans une catégorie à part; la France est une catégorie mais on découvre aussi à part une catégorie Ile-de-France. Pour les langues : Anglais/Autres, on retrouve dans « Autres » des articles en anglais …
– Faut-il utiliser Lexis Nexis Et/ou Factiva?]

1. Presse Française – « Autisme ET ROR »

Une recherche plus spécifique sur ces deux bases avec la requête « autisme ET ROR », sans restriction de dates, sur les sources « Presse française » permet d’identifier :

  • Lexis Nexis :

 52 articles publiés entre le 6 avril 1998 et le 22 janvier 2011. Les sources et les types de sources sont les suivants :

  • Factiva :

22 articles publiés entre le 6 avril 1998 et le 22 janvier 2011.

Pour cette période,  le nombre de publications se répartit dans le temps de la façon suivante :

Pour cette même période, les principales sources des publications sont :

1.bis Presse Française – « Autisme ET vaccin » et « rougeole ou virus »

  • Factiva :

36 articles publiés entre le 7 février 2002 et le 28 avril 2011.

Pour cette période,  le nombre de publications se répartit dans le temps de la façon suivante :

 

Pour cette même période, les principales sources des publications sont :

2. Presse internationale – « Autism ET mmr »

Une recherche avec la requête « autism ET mmr », sans restriction de dates, sur toutes les sources permet d’identifier :

  • Lexis Nexis :
    • plus de 3000 résultats. 1000 plus pertinents sont proposés. articles publiés entre le  3 juillet  2006 et le 10 janvier 2011. Les sources et les types de sources sont les suivants :

[A vérifier en identifiant la totalité des sources : la médiatisation apparaît principalement anglo-saxonne et plus spécifiquement liée au Royaume-Uni. Ceci étant, pour avoir une chance de trouver des articles français il faudrait ajouter OU ROR à la requête. Un test fait sur la période 1er janvier 2003 – 31 décembre 2004 montre que cela ne fait aucune différence]

 

    • sur la période antérieure au 31 décembre 2000, 1394 publications (de fait entre le 11 août 1993 et le 29 décembre 2000), réparties de la façon suivante :

    • période du 1er janvier  au 31 décembre 2001 : 1917 publications
    • période du 1er janvier  au 31 décembre 2002 : 2517 publications
    • période du 1er janvier 2003 au 31 décembre 2004 : 2915 publications
  • Factiva :

11 152 articles, 839 sites web, 4 photos (3 du Dr Wakefield, 1 d’un enfant supposé autiste en raison de sa vaccination par le ROR), 1 vidéo et un enregistrement audio. Pour la période du 1er janvier 2002 au 31 décembre 2011 (en fait 31 janvier 2011) le nombre de publications se répartit dans le temps de la façon suivante :

Les principales sources des publications (pour la période du 1er janvier 2002 au 31 janvier 2011) sont :

Elles apparaissent principalement issues du Royaume-Uni.


Pour les 839 occurrences web, la répartition dans le temps est la suivante (pour la période du 4 septembre 2004 au 3 février 2011):

Les principales sources des 839 occurrences web (pour la période du 4 septembre 2004 au 3 février 2011) sont :

3. Presse internationale – « Wakefield ET autis* ET Lancet »

C’est un article scientifique du docteur AJ Wakefield publié en février 1998 (puis rétracté en février 2010) par le journal The Lancet qui semble en première approche le point de départ évident de la médiatisation de la mise en cause du vaccin ROR dans l’origine des troubles envahissants du développement. Une recherche sur la requête « Wakefield ET autis* ET Lancet » sur les bases Lexis Nexis et Factiva donne les résultats suivants :

  • Lexis Nexis :

1995 publications entre le 25 janvier 1997 et le 2 février 2011. On note qu’en fait, le docteur Wakefield entre sur la scène publique avant la publication de « son » article par le Lancet.

Les sources et les types de sources se répartissent de la façon suivante :

  • Factiva :