Les grands points de controverse

Origines de l’autisme

oppose approche psychanalytique et approches neurobiologiques

  • Spécifiquement française
  • L’approche psychanalytique davantage représentée dans les institutions publiques que dans les médias ?
  • La loi Chossy a classé l’autisme dans les handicaps
  • Débat un peu dépassé

approches neurobiologiques

  • Origine multifactorielle très largement admise
  • Différentes pistes explorées:
    • anomalie du développement de l’amygdale « cérébrale » = origine des perturbations du comportement social (Baron-Cohen vs Amaral).
    • génétique : « hérédité complexe avec une très grande hétérogénéité portée par de nombreux gènes » (Leboyer); identification de gènes mutés (par exemple, gène de la neuroligine). Étude des gènes du développement cérébral (Andres). Anomalies des gènes codant pour la sérotonine (Mallet). Gène Shank 3 chromosome 22 (Mouren-Simeoni/Leboyer/Gillberg). Gènes neuroligines sur le bras court du chromosome X (Bourgeron). Protéines CREB-1 et CREB-2 (Kandel/Laroche). Phosphatase (Mansuy)/
    • neurologique: imagerie fonctionnelle du cerveau : anomalies lobes temporaux = diminution du débit sanguin (M. Zibovicius).

Autres pistes

  • Etudes sur la perception de la voix humaine (M. Zilbovicius)
  • Vaccin ROR

Classification

  • Aux EU, ensemble des syndromes autistiques, quelle que soit leur sévérité, est regroupé dans la catégorie « désordres/troubles envahissants du développement » (TED)
  • Débat propre à la France entre DMS et CIM-10

Prise en charge et interventions

Méthodes éducatives

  • Teacch -Treatment and Education of Autistic and Related Communication Handicaped Children: prise en charge individualisée et éducative
  • ABA – Applied Behaviour Analysis
  • Pecs – système de communication par échange d’images: créée en 1985 aux Etats-Unis

Médicaments

  • les médicaments mobilisés
    • Mélatonine (Bourgeron)
    • Rispéridone (réduction de l’anxiété et de l’aggressivité liées à l’autisme)
    • Ocytocyne (comportement social des autistes, équipe lyonnaise)
  • Points de débat:
    • Plus sur l’abus que pour / contre

Pratiques de contention

  • ou packing
  • Forte présence dans la presse

Politiques publiques

  • Premier plan (2005-2007) prévoit la création des Centres de ressources autisme (CRA) dans chaque région
    • Le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) aurait rendu en décembre 2007 un avis très négatif: « Les conditions sociales proposées à ces personnes sont humiliantes tant et si bien qu’on est obligé de »délocaliser* la prise en charge de nombreux enfants en Belgique avec l’aval de la CNAM » selon son président le professeur Didier Sicard
  • Plan de lutte en mai 2008, présenté par le ministre de la Santé Roselyne Bachelot-Narquin et le secrétaire d’État chargé du Handicap, Valérie Létard.
    • Mesures phares:
      1. élaboration d’un corpus de connaissances commun et promotion de la recherche sur l’autisme,
      2. actualisation et développement des contenus de la formation des professionnels,
      3. renforcement des capacités de diagnostic
      4. expérimentation d’un dispositif d’annonce du diagnostic qui facilite l’orientation et l’accompagnement des familles
      5. renforcement de l’offre d’accueil en établissement.
      6. expérimentation de toutes ces méthodes éducatives et comportementales (ABA, TEACH…)
    • Contestation des associations et en particulier de Léa pour Samy
      • manque de moyens alloués à la recherche (5,45 millions d’euros: « dérisoire » pour Marion Leboyer, responsable du pôle de psychiatrie du CHU de Créteil et directrice d’un réseau de recherche.
      • faiblesse du nombre de places créées
      • absence du ministère de l’éducation

Les causes de l’autisme

  • Les caractéristiques de l’autisme :
    • altérations des interactions sociales réciproques
    • les anomalies de la communication verbale, et non verbale (mimiques, expressions, gestes, regards, postures,…), [de l’incapacité totale à utiliser le langage parlé, et l’absence de tentative d’utiliser un système de compensation ou alternatif (comme les gestes ou les mimiques)]
    • un caractère restreint et répétitif des comportements,
    • la pauvreté voire l’absence de jeu symbolique et imaginaire,
    • la ritualisation et la stéréotypie des activités,
    • les intérêts particuliers (voire obsessifs), les rituels
  • Causes plurifactorielles
  • Des troubles peuvent être associés
    • Les plus fréquents : perturbations sensorielles (réactions violentes ou absence de réaction face à la lumière, la douleur, les saveurs…)
    • Dans un nombre élevé de cas, un retard mental est associé. Mais difficulté à savoir s’il s’agit d’une composante de l’autisme ou d’une conséquence (isolement crée ou faire croire à retard…). D’où la question de l’importance d’un diagnostic précoce (dans l’hypothèse où une prise en charge précoce pourrait permettre de limiter le retard).