Packing (« enveloppement ») : une méthode controversée en cours d’évaluation scientifique

Le packing, ou « programme des enveloppements », est une méthode théorisée et développée par le Professeur Pierre DELION, chef du service de psychiatrie de l’enfant au CHRU de Lille. Selon P. DELION, « l’enveloppement vise à rassembler le corps du jeune autiste, qui manque de contenance. Il s’agit de lui procurer un sentiment sécurisant d’unité, au lieu de la sensation angoissante d’être en plusieurs morceaux ».
Concrètement, l’enfant est enveloppé dans de grandes serviettes mouillées d’eau froide. Après le saisissement initial produit par le contact avec les linges froids, le réchauffement progressif du corps est supposé apporter un apaisement à l’enfant.
Le Pr. DELION a publié en 2007 sur cette question l’ouvrage La pratique du packing (156 pages, Editions ERES).

Mais si certains parents fondent des espoirs sur cette méthode, des associations y sont vivement opposées. En 2009, une association de parents d’enfants autistes a comparé le packing à la camisole. De son côté, l’association « Léa pour Samy » qualifie la méthode de « barbare et archaïque » et affirme qu’elle « relève de la torture ». Pour de nombreuses familles, la bataille autour du packing rappelle celle qui oppose les tenants d’une approche psychanalytique de l’autisme (« maladie de l’âme ») à ceux qui le considèrent comme un trouble d’origine biologique.

Le ministère de la santé a lancé en 2009 une enquête. Pour les autorités sanitaires, la priorité est de s’assurer que les enveloppements se déroulent dans de bonnes conditions de sécurité. Une mission a été confiée au Haut conseil de la santé publique. Il a donné lieu a un avis en date du 2 février 2010 et à un rapport d’experts, également en février 2010 relatifs « aux risques associés à la pratique du packing pour les patients mineurs atteints de troubles envahissants du développement sévères » :

  • Avis du HCSP : En conclusion, compte tenu de l’absence de risques notables identifiés à ce jour, le Haut Conseil de la santé publique considère que la réalisation du packing ne présente pas de risques qui justifieraient son interdiction. Cependant, l’existence de risques psychiques n’est pas exclue et doit être prise en compte dans l’analyse bénéfice-risque de cette méthode de prise en charge, au même titre que toutes les autres méthodes de prise en charge, médicamenteuse ou non, de l’autisme. Le Haut Conseil de la santé publique signale que ces recommandations doivent être intégrées dans une démarche rationnelle et scientifique visant à statuer sur la place de cette pratique dans la prise en charge complexe des enfants autistes. De plus, le Haut Conseil de la santé publique préconise :
    • une poursuite des travaux de recherche de nature neurophysiologique et clinique pour mettre en évidence les effets bénéfiques éventuels et la balance bénéfices-risques de ce traitement dont la connaissance ne repose jusqu’à présent que sur des constatations empiriques. A ce titre, la mise en oeuvre du projet de recherche financé par le PHRC et dirigé par le Dr Goeb est utile et attendue ;
    • une traçabilité locale des événements indésirables associés à la pratique du packing afin de permettre de dénombrer et de documenter ces événements dans le futur.
  • Conclusions et préconisation du rapport d’experts :  » Pratiquée par un personnel formé et supervisé, dans un cadre précis, selon un protocole précis et limitée à des cas bien définis, la méthode des enveloppements humides froids ne comporte aucun risque somatique. Malgré l’absence de résultats de travaux de recherche et de données publiées, les experts, à partir de leur expérience personnelle, ont identifié deux types de risques psychologiques et des dangers découlant de défaut de réalisation du packing. Ce document liste des points de pratiques qui devraient permettre de réduire ces risques « . Des travaux de recherche de nature neurophysiologique et clinique devraient être menés pour mettre en évidence les effets bénéfiques éventuels et la balance bénéfices-risques de ce traitement dont la connaissance ne repose jusqu’à présent que sur des constatations empiriques.

Pour évaluer l’efficacité du programme des enveloppements, le CHRU de Lille a lancé en 2009 un essai clinique qui devrait durer trois ans et concerner 162 enfants : « Démonstration de l’efficacité des méthodes par packing chez les enfants souffrant de troubles envahissants du développement avec troubles graves du comportement » (projet 19-18, accepté dans le cadre du Programme Hospitalier de Recherche Clinique 2007, investigateur principal Dr  Jean-Louis GOEB, CHU de Lille). Dans un document publié sur le site web Psynem (site d’information sur la pédopsychiatrie) – Lettre ouverte aux parents d’enfants d’adolescents et d’adultes autistes, à leurs professionnels éducateurs pédagogues et soignants pour la défense des soins psychiques – , le Pr. DELION indique que ce projet a reçu un avis favorable du Comité de protection des personnes du CHRU de Lille, à l’unanimité et à bulletin secret, fin 2008.

(sources : « Autisme, le traitement qui choque », L’Express. 18 juin 2009 ; site du Haut conseil de la santé publique ; site Cairn.info ; site du PHRC ; PSYNEM)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *